22/11 au 29/11/19 – De Kratie à Ban Lung

Et on commence par…une crevaison ! Sur le même pneu que celui changé seulement 10 jours plus tôt, il doit y avoir une faiblesse de ce côté…Allez, arrêt en bord de route et démontage manuel à la force des bras de Loïc, avant que des locaux ne le conduisent à 2 kilomètres de là, pour une réparation finalement rapide et efficace !

On repart presque comme si de rien n’était, espérant ne pas faire une grosse boulette en suivant le trajet conseillé par Maps.me plutôt que les panneaux indicateurs. 70 kms de moins, un bitume en bon état, et un bivouac au bord du Mékong atteint dans la nuit à 5 kms de la ville, bonne pioche finalement !

***

On y sera finalement tellement bien, en retrait de la route principale, avec le Mékong qui s’écoule 10 mètres plus bas d’un côté, les rizières et autres champs qui s’étendent de l’autre, et les villageois qui passent en jetant un œil discret, à vélo ou en scooter, qu’on y restera deux jours.

L’occasion évidemment de se mettre tranquillement à jour sur l’école, avancer sur le blog, et pour Loïc, de finaliser l’installation du kit à hydrogène…L’heure de vérité arrive, on éloigne tout le monde pour faire les mélanges et fabriquer l’électrolyte, vérification des derniers branchements, contact…Le moteur démarre, sans transition, ça bulle d’emblée dans le bidon, les premiers atomes d’hydrogène sont produits, le relais affiche un ampérage…avant de commencer à fumer ! Vite on arrête tout, c’est quand même de l’hydrogène potentiellement explosif, même en petite quantité. Bilan : beaucoup d’heures de boulot et de prises de tête, une galère pour trouver les différents composants (soude, eau distillée, raccords), et au final, une installation toujours inutilisable, le boîtier ayant rendu l’âme…Comme pour les visas chinois, on savait qu’il y avait un risque que ça ne marche pas, mais ça fait un petit coup au moral, une nouvelle déconvenue…et surtout, ce n’est pas encore maintenant qu’on pourra réduire notre consommation et notre impact CO2 !

***

On quitte ce super spot Ioverlander pour nous rapprocher de Kratie. Et là, ça coince, on se retrouve derrière un poids lourd qui, comme nous, butte sur le pont de Peam Te qui semble avoir connu de meilleures heures (un autre est d’ailleurs en construction 50 mètres plus loin), avec une barre de hauteur à 2,70 m. Ça semble mal parti…mais pas question de faire demitour pour refaire la même route à laquelle s’ajouteraient plus de 100 kms, pour arriver quasiment juste de l’autre côté du pont…Loïc ira discuter avec un garde/policier de l’autre côté…Yes, ils acceptent de lever la barrière qui heureusement n’est pas fixée ! On passe sur la structure métallique bruyante à 2 à l’heure, elle tient bon (heureusement), et c’est parti pour une petite virée, à la recherche des points de départ des sorties en barques pour observer les fameux dauphins de l’Irrawady.

Au bout d’une bonne heure le long du fleuve étonnamment bleu, à traverser des villages comme souvent équipés de câbles assez bas, on finit par trouver notre bonheur. Quoique…les 9 USD par personne nous semblent un peu surévalués (comme, à notre avis, beaucoup de choses au Cambodge dès qu’il s’agit de tourisme). On se laisse donc le temps d’aller remplir notre estomac avec petit fried rice.

Encore une bonne pioche : la vue depuis le restaurant donne directement sur la surface calme et scintillante du fleuve, avec, en contre-jour, les barques qui vont et viennent pour observer au plus près le dos des cétacés d’eau douce émergeant de l’eau et leur souffle d’air d’expiration si caractéristique. Certes, tout cela est un peu loin, mais on a le sentiment qu’on n’aurait pas eu une meilleure vue ni de meilleures photos que depuis le bateau.

On se contentera donc de ce joli spectacle à distance, avant de pousser un peu plus loin, espérant trouver un endroit plus en retrait qui nous permettrait de sortir le canoë. Peine perdue, on finira sur un parking à peine aménagé (mais bien ombragé), donnant l’accès à une série de petites cahuttes faites des matériaux rois (bois, feuilles de palmier, et bien sûr bambou), installées au-dessus des eaux un peu agitées du cours d’eau. Certaines occupées par quelques familles venues pique-niquer et se rafraîchir, d’autres encore en construction ; pas vraiment l’endroit calme qu’on recherchait.

Demi-tour donc, pour reprendre la direction du nord, après un petit ravitaillement en ville.

***

Laissant derrière nous le Mondukiri plus au Sud, plus sauvage et moins accessible dans notre format de voyage, nous entrons dans le Ratanakiri à l’extrême nord-est! On cherche un peu de fraîcheur, et ça tombe bien, l’endroit est connu pour ses jolies cascades…qui se méritent quand même ! C’est au bout d’une piste de 10 kms que nous atteindrons celle de Ka Tieng ; mine de rien, la première vue de près depuis le début du voyage. On redécouvre la particularité et la magie de ces reliefs, tout en calme et petits bassins de baignade, avant la chute brusque et le fracas ininterrompu de l’eau tombant sur elle-même, et le retour à un calme relatif du torrent courant sur les rochers. Une petite tête dans l’eau fraîche, histoire de sentir la puissance du courant au pied des trombes d’eau, session photo au plus près du bord pour Arty et…ça s’arrêtera là pour les cascades ! La faute à une piste quasiment impraticable, sur laquelle on laissera quelques gouttes de sueur après une marche arrière en pente entre quelques crevasses!

Toujours beaucoup d’eau quelques 100 kms plus loin, après Ban Lung, principale ville de la province, avec le lac sacré de Yak Loum, étendue d’eau parfaitement calme, logé dans un cratère de 800 m de diamètre. Ca y est, on peut sortir le canoë ! Deux belles journées à bien profiter de la température parfaite (à condition de s’activer un peu quand même), avec les enfants des petits commerçants du coin, et sous les yeux des quelques touristes locaux et étrangers qui défilent.

Il ne manquera que feu le drone pour les vidéos panoramiques du cratère à 100 m de hauteur ; mais on a dû dire adieu à ce type de point de vue depuis son crash malheureux au Pakistan, et surtout sa confiscation par les douanes indiennes !

***

C’est sur cette belle note que nous reprenons la route vers la frontière avec le Laos, quasiment tout en ligne droite, avec de part et d’autres quelques plantations et des villages très clairsemés, nous rappelant que, dans cette région très rurale, loin du Sud et de l’Ouest qui concentrent les richesses, des campagnes de déminage de millions d’engins antipersonnel allègrement larguées pendant la guerre du Vietnam, ont encore lieu.

***

Dernières courses, dernière coupe de cheveux : c’est sous un grand soleil qu’on arrive au poste frontière de Trapaingkriel, d’où nous sortons sans soucis, sans demande de bakchich, tant pour l’immigration que pour la partie camion, un douanier acceptant même de nous écrire un petit mot sur Arty.

Et hop, déjà fini le Cambodge, dont on aura quand même pu bien profiter, malgré nos quelques errances administratives. Et hop, une frontière de plus au cœur de l’ancienne Indochine : c’est parti pour la découverte du Laos!

3 réflexions sur “22/11 au 29/11/19 – De Kratie à Ban Lung

  1. fabrice duchemin

    Hello Vous êtes où en ce moment en pleine crise sanitaire ? En espérant que tout va bien pour vous. Fabrice.

    Télécharger Outlook pour Android

    ________________________________

    J'aime

    1. Hello. On n’est finalement pas loin du Cambodge (dernier article) : en Malaisie, qui est aussi passée en mode confinement pour au moins 15 jours. On se fait tout petits sur un coin de plage en attendant. Détails de comment on est arrivé là dans les prochains articles! J’espère que tout va bien pour toi et la famille après cette première semaine 100% à la maison!

      J'aime

  2. Ping : 19/11 au 22/11/19 – Echec à Phnom Penh, mat à Koh Dach – Les Pourquoi Pas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s