05/12 au 13/12/19 – Plateaux des Bolovens, au rythme des cascades

Troisième passage par Paksé, puis nous quittons la province de Champasak, pour entrer dans celle de Salavan, qui semble être l’un des greniers agricoles du pays : camions, “tracto-charrettes” remplis de tubercules de manioc (destiné principalement à l’exportation vers la Chine où il sert de base au glutamate très présent dans l’industrie alimentaire), dont les plantations bordent les deux côtés de la route et recouvrent les collines fertiles au-delà, plants d’arachide et bien sûr caféiers, pour ne citer qu’eux.

Après avoir traversé de paisibles villages aux maisons sur pilotis, semblables à celles du Cambodge, et avoir pris le temps de nous arrêter dans des cours où sont étendues des bâches recouvertes de manioc coupé en lamelles, d’arachides ou de grains de café mis à sécher au soleil, nous arrivons à Tad Lo, où nous avons rendez-vous avec les Mollalpagas et Les Gali.

En attendant leur arrivée le lendemain, on prend nos repères près de la rivière dont les berges portent encore les marques d’une puissante crue vieille d’à-peine un mois. Le petit hôtel devant lequel nous nous garons a également souffert des inondations ; fermé donc (juste un gardien qui se fait discret et bien sûr ne parle pas un mot d’anglais), ce qui nous arrange bien, on ne risque pas d’être dérangés!

Nous aurons droit à la visite surprise d’un éléphant, avant une petite balade jusqu’à la puissante cascade, et une marche en remontant le cours de la rivière qui nous conduira au petit village animiste de Khiang Tanglae, 500 mètres en amont. Nous pourrons y entrevoir de jolies scènes de villageois se baignant, ou faisant leur lessive dans la douce lumière du couchant.

Au détour des maisons en bois (et parfois en parpaings), des enfants agiles escaladent un immense tamarinier tandis que d’autres, groupés sur la place principale près du la grande structure ouverte abritant les cérémonies traditionnelles, observent le petit groupe de touristes que nous formons d’un œil mi-curieux, mi-amusé. Mais les échanges se limiteront malheureusement à ces regards, la barrière de la langue étant à ce niveau infranchissable ; petite frustration qu’on vit depuis la Thaïlande, de ne pas pouvoir réellement échanger avec les locaux, et encore plus dans des endroits reculés comme ici…

***

Et de quatre! Milieu d’après-midi le lendemain, nous sommes rejoints par…La Smalaventure! Une autre famille de 6 voyageurs qu’on rencontre pour la première fois, et qu’on a pourtant l’impression de bien connaître. Car, après avoir partagé nombre de bivouacs et de kilomètres avec les Molla et Les Gali en Asie centrale, ils ont comme ces derniers subi le coup dur du refus de leurs visas chinois, suivi du shipping entre la Corée du Sud et le Cambodge où leur Capucine, bien reconnaissable à sa couleur jaune orangée, sera saccagée et dévalisée à l’arrivée à Sihanoukville. Le souvenir de ces mésaventures est encore vif, mais la bonne humeur et l’humour restent les maîtres-mots! La Tiny des Molla et le camping-car des Gali ne tarderont pas à faire leur apparition, sous le regard paniqué du gardien qui ne s’attendait pas à un tel rassemblement (19 personnes quand même) sur son petit parking!

C’est parti pour deux belles journées et soirées à se détendre autour de l’incontournable feu de bois (avec même l’option barbecue de viande un peu dure achetée au village à 6 h du matin, histoire d’être sûrs d’en avoir!), à échanger nos anecdotes de voyageurs, partager de bons repas, bien rigoler, et même gérer le gardien qui reviendra un peu éméché un soir et nous débitera un discours redondant en laotien. Les enfants ne sont pas en reste, ravis d’être entourés de tous ces copains, jouent dans la rivière qui avec son niveau bas, sera un terrain de jeu parfait . Et pour ne rien gâcher, le temps est au top, sec, chaud en journée et on remet avec plaisir un petit pull en soirée, agréablement fraîche.

`

***

Déjà la fin de cette sympathique parenthèse, et chacun reprend sa route. Fini le plateau des Bolovens pour les Molla qui filent vers le Cambodge au Sud, tandis que les deux autres familles de baroudeurs se dirigent vers le Nord du pays, direction que nous prendrons également, un peu plus tard. Mais avant, à notre tour de faire notre petite boucle jalonnée de cascades, avec dans nos adresses maps.me les meilleurs spots testés par les copains.

Ça commence bien, avec la Tad (cascade en laotien) Faek, dont les abords en cours d’aménagement sont encore accessibles aux véhicules, et c’est à deux pas de l’eau, bercés par le bruit rassurant de la cascade, que nous passerons une excellente nuit.

***

On se régalera dans les eaux fraîches sous un beau soleil matinal, avant de goûter à une énième variante de fried rice à l’ombre de l’une des paillotes en bois du restaurant.

La route agréable, toujours jalonnée de plantations de manioc parfois en friche, qui nous mènera ensuite jusqu’à Tad Jarou Halang, se terminera par une piste en état moyen semblant s’enfoncer dans le cœur de la forêt au fur et mesure que le soleil déclinera.

***

Ce n’est donc que le lendemain que nous pourrons profiter d’une belle balade à l’ombre des grands arbres, au son du craquement des bambous, avant d’entendre le bruit caractéristique de l’eau tombant de plusieurs mètres de haut. Les seuls touristes croisés n’ont pas exagéré en parlant de paysage digne d’un film de Disney! Presque 100 mètres de haut, voûte faite de formations rocheuses crénelées et singulières forçant la rivière à interrompre sa course pour tomber en milliards de gouttelettes scintillantes au soleil, comme autant de pierres précieuses qui rejoignent ensuite le cours d’eau et dévalent la pente douce entre les rochers. L’immense tapis d’herbe vert vif parsemé de fleurs roses et le petit arc-en-ciel complètent le tableau féerique. Et, cerise sur le gâteau, nous serons tout seuls à crapahuter sur les chemins boueux et entre les rochers!

Nombre d’autres d’autres treks et de cascades sont accessibles dans un rayon de quelques kilomètres, mais on se contentera de celle-ci, et d’un coup d’oeil à la Tad Tayicseua dont seule la partie haute est visible, avant de regagner le camion, et de reprendre notre petit périple. Le paysage est toujours charmant, entre petits villages, plants de manioc rangés en “tipis” en attendant d’être replantés dans les champs, étals proposant la production locale : avocats, ananas, bananes, papayes, et même machettes en direct de l’atelier du forgeron…et de temps en temps, des écoliers rentrant à pied ou à vélo dans l’uniforme national, vert et blanc.

Direction Tad Yuang, plus touristique, que nous n’atteindrons qu’en fin de journée, à l’heure où les derniers visiteurs prennent le chemin de la sortie. Verdict : très haute et charmante, mais moins de cachet que la précédente, d’autant que le soleil n’est plus là pour la mettre en valeur.

***

On terminera notre petite boucle par la Tad Champi, à peine 5 km de l’autre côté de la route. Nous serons encore une fois quasiment seuls pour une petite trempette matinale dans les eaux translucides et très fraîches de cette jolie cascade.

Laissant derrière nous très peu d’autres touristes malgré l’heure avancée, nous reprenons la piste au milieu des caféiers et de leurs baies rouges, et vertes, avant de rejoindre la route principale.

Faisant l’impasse sur la très connue Tad Fane et les visites de plantations de café, nous repassons par la périphérie de Paksé où les devantures décorées des magasins nous rappellent que les fêtes de fin d’année approchent. Cap au Nord, avec Vientiane en ligne de mire, et, sur le chemin, quelques belles grottes à découvrir!

Une réflexion sur “05/12 au 13/12/19 – Plateaux des Bolovens, au rythme des cascades

  1. Ping : 04/12 au 06/12/19 – Escale à Si Phan Don – Les Pourquoi Pas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s