19/09 au 24/09/19 –  De Chiang Raï à Bangkok

On ne peut pas quitter la région sans voir l’une de ses principales attractions : le White Temple de Wat Rong Khun. Bien placés la nuit précédente sur le parking d’en face, nous ne serons quand même pas prêts avant la fin de la matinée, et rejoindrons donc la foule (raisonnable) de touristes venue découvrir comme nous ce temple singulier, entièrement peint en blanc, à la toiture recouverte de tuiles de, la même teinte, et décoré de centaines de milliers d’éclats de miroir le faisant scintiller de mille feux sous les quelques rayons de soleil qui traversent les nuages. Surprenant, très surprenant même : un mélange de croyances bouddhistes et mythologiques, avec ses étranges figures squelettiques aux mains implorantes levées vers le ciel, ses personnages démoniaques, et ses détails presque insolents disséminés : ongle vernis, majeur levé, phallus,…

L’intérieur du temple ne démérite pas, les gravures retraçant les étapes de la vie de Bouddha cohabitant avec des représentations très contemporaines de héros d’Avengers et de Disney, autour de l’autel. On en prendra encore plein les yeux avec certaines petites allées dont le plafond est entièrement couvert de petites feuilles de vœux en argentées, puis avec la fontaine entourée de sculptures  dont certaines nous donnant l’impression participer à un nouveau remake de « Alien vs Predator featuring Tortues Ninja», près d’un banian sacré où trône une petite statue de Bouddha.

Retour ensuite sur nos pas pour retrouver un garage/casse camion repéré à l’aller. Bonne pioche, nous y passerons une bonne partie de l’après-midi, qui sera optimisé : entre autres, réparation du châssis, et de l’une de nos bavettes abîmée. Parés pour poursuivre notre route, nous nous dirigeons vers une autre des incontournables des alentours, la cascade de Khun Korn, que nous visiterons le lendemain.

wnf1612 - IMG_4032_small

***

Nous l’atteindrons au bout d’une jolie promenade de 800 m au milieu de la jungle dense où les bosquets de bambous sont en nombre, tout comme les feuilles de palmier géantes. Côté faune, on aura droit à petit serpent, quelques gros scarabées, et bien sûr aux incontournables insectes piqueurs.

La cascade est à l’ombre à l’heure où nous arrivons, mais le torrent qui en résulte est bien au soleil, permettant à tout le monde d’en profiter malgré les gouttelettes et le courant d’air frais créés par la puissance du flux d’eau tombant de près de 70 m de haut. Après la marche du retour et un bon déjeuner au restaurant du coin, on terminera par une petite baignade dans le torrent près de l’entrée du site, avant de repartir, en direction du Sud-Ouest.

***

250 kms plus loin, une route toujours impeccable (enfin, on redevient un peu plus maîtres de notre planning et des durées de trajets !), jalonnée de rizières, de stations-service et d’aires commerciales bien nettes, nous mènera dans la région de Phrae où nous pourrons admirer un magnifique Bouddha allongé au Wat Phra That Su Thon Mongkhon Khiri.

La dernière partie du trajet se fera à travers une zone vallonnée, entre jungle et plantations. Arrivés à notre destination, Sukhotai, site du premier royaume de Siam formé après le début des tensions entre les forces thaïlandaises et khmers au 13ème siècle, nous aurons juste le temps d’entamer la visite de la partie centrale du parc historique, au niveau du Wat Mahathat, avant d’être surpris par un orage suivi d’une belle averse tropicale de fin de saison des pluies.

Bon, la petite marge qu’on avait s’est envolée, et nous terminerons la visite dans la nuit avec des pauses longues et un éclairage au smartphone pour photographier le Wat Tra Phan Ngoen et le Wat Sa Si.

***

Seconde partie de la visite du parc historique la matinée suivante : le Wat Phra Phai Luang, quelques kilomètres plus au Nord. Beaucoup moins étendu que la veille (sans toutefois que le tarif de 100 bath par personne soit réduit), nous y passerons à peine une petite heure, en prenons notre temps, avant de nous diriger pour de bon vers Bangkok.

***

Après une nuit près d’un espace public où les riverains viendront chercher leurs petits et gros lots gagnés au loto (très populaire ici), puis une bonne centaine de kilomètres, et un arrêt déjeuner près d’une rivière (ça faisait bien longtemps), l’œil de Loïc sera attiré des sculptures de robots géants de l’autre côté de la deux fois deux voies. Garage ? Atelier de récup ? Parc d’attraction ? Une petite hésitation, et hop demi-tour pour voir ça de plus près.

Et là, très jolie surprise en découvrant Ban Hun Lek (ou « Maison du robot en thaï), rêve d’enfant grandeur nature : superbes robots Transformers issue d’un assemblage de véritables pièces et carrosserie de voitures, mammouth aux poils faits de milliers de lamelles de pneus, tricératops en pièces et plaques métalliques soudées entre elles,…pour n’en citer que quelques-uns. Le tout aménagé en mini-parc d’attraction, pour le plaisir des petits et des grands !

Nous repartons en prime avec notre première œuvre thaïlandaise peinte sur Arty, un visage de Ramakien, personnage à la source de la mythologie thaï (hérité de l’hindouisme). Un signe de bonne augure pour la suite, puisque nous avons rendez-vous le lendemain à Bangkok pour notre deuxième session Artystique !

Une réflexion sur “19/09 au 24/09/19 –  De Chiang Raï à Bangkok

  1. Ping : 04/09 au 18/09/19 –  Rythme thaï – Les Pourquoi Pas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s