10/03 au 13/03/19 – Isphahan, rendez-vous place Naqsh-e Jahan

Nous passerons une bonne partie de la journée au paradis de la mécanique camion, à bouger d’atelier en atelier pour réparer un peu de tout finalement : resserrage des courroies, réparation du garde boue, du système d’air, interversions des pneus,…Un environnement pas très sexy donc, mais nous sommes un peu trop loin d’Isphahan pour envisager d’aller y faire un tour à quatre.

Alors que nous aprêtons à partir, Mustaba, qui nous a bien aidés, nous invite pour le dîner. Cette hospitalité et ce plaisir de recevoir des étrangers, avec juste quelques mots d’anglais, c’en est presque fou! Pas de ta-root pour nous, (tradition iranienne qui consiste à refuser trois fois un cadeau ou une invitation avant d’accepter), nous passerons donc la soirée à Nehzat Abad, en compagnie des 3 générations de la sympathique famille, qui nous propose aussi de rester pour la nuit.

Mais mine de rien, nous nous sommes un peu éloignés d’Isphahan, mieux vaut donc s’en rapprocher de nuit pour éviter les bouchons le lendemain. Nous tombons par hasard sur un parking vide, à 15 min à pied de la place Naqsh-e Jahan, presque inespéré.

***

Notre “bivouac” citadin est plein à craquer de voitures le lendemain, mais il n’y aura qu’à changer de place pour limiter la gêne et pouvoir y rester sans soucis pendant 3 jours.

Nous passerons finalement beaucoup de temps sur et autour de la belle place Naqsh-e Jahan.

C’est qu’elle ne manque pas d’attraits, entre ses pelouses fleuries, ses allées impeccables, son immense bassin (il faudra quand même attendre un peu pour les jets d’eau), et quantité de sites magnifiques, de jour comme de nuit, édifiés pour beaucoup sous le règne du Shah Abbas Ier : mosquée Masjed-e Shah (vue), mosquée Masjed-e Lotfollah (pas vue), palais Ali Qapu et son impressionnante terrasses aux dix-huit colonnes sculptées (vu), Bazar e-Lahvafa (vu), galeries pleines de magasins de pièces (plus ou moins) artisanales (faïence, tapis, tapisseries,…). Le tout, sans l’afflux de touristes attendus 10 jours plus tard pour Norouz, et avec des marchands plutôt sympathiques et pas trop insistants (comme souvent en Iran).

C’est aussi dans le coin que nous retrouverons Behrouz, un ancien collègue de Loïc en France, en visite familiale.

On s’en éloignera quand même pour aller visiter la très esthétique cathédrale arménienne de Vank dans le quartier de Jolfa et le pont Si-o Seh l’un des nombreux ponts posés sur l’hallucinante rivière asséchée Zayandeh (on apprendra plus tard qu’elle a été détournée pour permettre des cultures de pistaches plus au nord et n’est remplie qu’une partie de l’année à l’aide d’un barrage).

Tiens, déjà un mois en Iran, que de choses vues, vécues et de rencontres ! Nous sommes maintenant familiers des prix affichés en tomans (un zéro de moins que la monnaie officielle, le rial), des aléas dans les stations services pour PL pour arriver à avoir du gasoil (fichu système de cartes avec des quotas), des signes de tête, pas toujours faciles à interpréter, en réponse à nos questions (on n’en est pas encore aux dodelinements de tête des indiens, mais pas loin). Et nos toutes petites connaissances en farsi s’améliorent un peu (surtout pour les enfants, avouons-le!).

Et ce n’est pas fini! Retour dans le désert pour le prochain arrêt : Yazd via Naien.

Une réflexion sur “10/03 au 13/03/19 – Isphahan, rendez-vous place Naqsh-e Jahan

  1. Ping : 05/03 au 09/03/19 – Kashan, aux portes du désert – Les Pourquoi Pas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s