20/12 au 21/12/2018  –    Српска зграда – J1 & J2

Du côté serbe, après un petit bouchon causé par les poids lourds de marchandises et leur déclaration  en douane, c’est notre tour. Là encore, des douaniers très interrogatifs et surpris par ce camping-car mastodonte qu’ils prennent au départ pour un véhicule de transports de marchandises. Pas d’inspection fouillée, mais quand même, ouverture de la porte et coup d’œil rapide depuis l’extérieur. RAS, et c’est bon pour le premier tampon sur les passeports ! (Schengen, c’est bien, mais sans les tampons sur les papiers, le voyage n’est pas tout à fait le même…). Ah, et plus de roaming, on a bien quitté l’UE…

wnf056 - IMG_9064

Direction Belgrade, ou plutôt sa périphérie, où deux options de camping s’offrent à nous. Les paysages dans la nuit sont très proches de ceux de la Croatie, plats, ruraux et bien blancs.

Après un petit appoint de carburant à Novi Sad, un bon détour pour éviter les autoroutes, et deux échecs successifs à trouver les campings qui nous ont menés en plein centre de Belgrade, (pour le repérage dans les grandes villes, on repassera), on arrive à la bonne adresse… une belle quantité de neige et une barrière fermée ! Bon…Eh bien pour cette nuit, ce sera improvisation d’un bivouac à l’entrée d’un chemin sur le bord de la route principale. Allez, repas léger et extinction des feux !

***

Quelques chiens errants « animent » le décor le lendemain au réveil. C’est une découverte pour les enfants auxquels il faut expliquer le « principe » des animaux abandonnés et la différence avec la France. Pas de jeux à l’extérieur pour le coup, école et bricolage occupent la matinée. Petit incident avec la plaque de cuisson qui ne démarre pas au moment de préparer le déjeuner, même après un petit appoint manuel de carburant. On se rabat sur des sandwiches (chauds quand même) dans une station-service où le camion attire quelques regards, et la sympathie d’un monsieur qui donne des chocolats aux enfants. On en profite pour faire le plein, avant de reprendre la route vers le monastère de Manasija.

Sur ces routes d’ex-Yougoslavie, quelques regards interrogateurs, peu de réponses à nos saluts (on sent comme une certaine méfiance quand même, ou alors les gens n’ont juste pas l’habitude) et un contrôle de police au milieu de nulle part. Peu de choses qui donnent envie de passer beaucoup de temps dans le pays.

wnf059 - IMG_3255

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s